Catégories

Localisation:

Nous avons visité le musée de la mine à Saint-Etienne. Le minerai exploité était le charbon. On l’utilisait pour faire fonctionner les machines à vapeur, pour les locomotives, pour la sidérurgie.

Localisation par Johan, Guillem, Floran

Objectif:

Découverte des traces de la « Révolution industrielle »

Compte rendu général:

Ethan: « Le vendredi 4 mai, nous sommes partis à Saint-Etienne avec les 4°A. Le matin, nous avons visité le « Puits Couriot« . Nous avons vu les vestiaires des mineurs, la salle des machines puis nous avons pris l’ascenseur qui nous a fait descendre à 7 mètres sous terre, ce qui est très peu par rapport au vrai puits qui descendait à 700 mètres.

Nous avons vu que les conditions de vie des mineurs étaient très dures, qu’ils pouvaient mourir à cause d’éboulement, de maladie…

L’après-midi, nous sommes allés au musée d’art et d’industrie où nous avons appris qu’au XIX° siècle à Saint-Etienne, il y avait en plus des mines de charbon, des activités industrielles: l’armement, la rubanerie et les cycles.

Camille, Néné, Maëva: Après une heure de bus, nous sommes arrivés à Saint-Etienne pour ensuite rejoindre le musée de la mine. La guide nous a fait visiter la reconstitution d’une galerie de mine et elle nous a fait découvrir les dures conditions de de travail des mineurs: la chaleur, la poussière, le grisou, les risques d’éboulement, la silicose. (…)

Evan, Lucas: (…) On a appris que le grisou est un gaz dangereux présent dans les mines de charbon qui explose quand il est en contact avec une étincelle. Pour le détecter, les mineurs avaient des lampes dont la flamme devenait bleue à son contact. (…) On ne peut pas descendre dans les vraies galeries (700 mètres sous terre) car aujourd’hui, elles sont inondées. (…)

Loryne, Sarah et Elise:

(…) on est allé au puits Couriot, la guide nous a présenté les bâtiments extérieurs, on a mis des casques, puis on a pris l’ascenseur qui descend 7 mètre sous terre où on a visité une reconstitution de mine. La guide nous a expliqué le travail des mineurs ( les conditions…).
Quand nous sommes sorties nous avons vu le grand moteur qui faisait monter et descendre l’ascenseur.
On est arrivé dans les vestiaires où étaient suspendus les vêtements des mineurs et il y avait les douches à côté ( il y avait environ 1 200 vêtements de mineur et maintenant il y en a environ 500)

Lucile, Elina, Océane:

(…) Nous avons vu comment on remontait et descendait les mineurs selon les époques.

Avec la méthode plus ancienne, il y avait des chevaux qui tournaient en rond pour faire remonter les mineurs qui étaient à 7 ou 8 personnes dans un tonneau.

Dans la deuxième méthode, on utilisait la force d’une machine à vapeur pour faire monter et descendre une cage reliée par un câble passant par une sorte de tour (appelée : chevalement). Les mineurs pouvaient être 30 à 40 à la fois dans les petits ascenseurs et ils descendaient à 700 m de profondeur en 2 minutes.

La troisième fonctionne avec un moteur électrique.

Nous avons pique niqué sur I’aire de jeu à côté du musée, puis nous sommes partis à pieds au musée de I’industrie et du design. Pierre nous a guidé avec la tablette.

On s’est divisé en 2 groupes.

Mon groupe a fait une activité sur le design.

La guide nous a fait une explication sur les bouteilles de coca ; elle nous a expliqué pourquoi ils avaient inventé différents contenants pour le coca-cola : la cannette est faite pour les fêtes car elle ne se referme pas et elle est recyclable, la bouteille de 50 cl en plastique est conçue pour les voyages ou à l’extérieur car on peut la refermer et le plastique est recyclable, et la bouteille en verre plus pratique pour les restaurants, car elle fait plus « classe » et peut être réutilisée.

Puis on a vu des armures, des armes décorées sur des cornes de cerf, des pistolets de poche ou en formes de canne. La guide nous a montré des vélos; celui qui m’a le plus intéressé c’est le vélo 2000, c’est un vélo ou I’on pédale avec les bras et les jambes en même temps, ce vélo a fait une course, il est arrivé beaucoup plus vite que les autres mais il n’a pas gagné car il n’est pas considéré comme un vélo.

Une des spécialités de St Etienne est le tissage de rubans et notamment avec le métier à tisser Jacquard ; la guide nous a donc montré plusieurs types de rubans.

Et puis ont est rentré à pieds jusqu’au bus et on a goûté en attendant les 4°A et vers 16h15 on est parti de St Etienne. On est arrivé vers 18h.

Les paysages:

Alexis: 
Paysages Alexis

Les conditions de travail:

Candice et Léane:
Cond Candice Leane